Trottinette

Mairie de Paris : La trottinette électrique menacée de suspension

Les opérateurs de location de trottinettes électriques se sont réunis lundi pour signer une « charte de bonne conduite » afin de réguler l’usage de la trottinette électrique. Cependant, l’adjoint à l’Urbanisme Jean-Louis Missika a menacé d’interdire provisoirement l’utilisation de ce moyen de déplacement au cas où l’autorégulation échouerait. Les lignes à suivre apporteront plus de détails sur tout cela.

La charte de bonne conduite

Les trottinettes électriques se sont très rapidement propagées dans le paysage des grandes villes françaises avec une absence totale de réglementation. Le gouvernement et les différentes mairies s’attèlent donc tant bien que mal pour régler cette situation depuis quelques mois. À cet effet, la mairie de Paris a fait signer une charte de bonne conduite à plusieurs opérateurs ce lundi soir.

Cette charte stipule que les opérateurs de location de trottinettes électriques doivent s’engager à « mettre leurs trottinettes dans des emplacements dûment spécifiés et répertoriés et qui ne gênent en aucun cas la circulation des piétons ». Conformément à la charte, ils s’engagent aussi à ce que les clients évitent « toute gêne qui pourrait être causée sur les trottoirs » à la fin de chaque trajet.

Pour leurs parts, les adjoints d’Anne Hidalgo, maire de Paris, ont été très stricts lundi soir. L’adjoint à l’urbanisme, Jean-Louis Missika a d’ailleurs prévenu que si l’autorégulation échouait, la seule solution consisterait à interdire provisoirement l’usage de la trottinette électrique en attendant la nouvelle loi. Cette nouvelle loi fait référence au projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).

Découvrir les meilleures trottinettes électriques du moment

Vers une meilleure gestion de la trottinette électrique en libre service

La ville de Paris à travers cette charte souhaite donc avoir à sa disposition des données sur le déploiement et l’usage du service. Elle l’exige de la part des opérateurs pour une meilleure connaissance des flux et l’optimisation des espaces de stationnement. Les opérateurs se sont aussi engagés à être plus vigilants au recyclage des trottinettes et à l’approvisionnement en électricité verte.

Par ailleurs, la mairie ne compte pas s’arrêter là. Elle se réserve aussi le droit de verbaliser les trottinettes et de mettre les véhicules gênants en fourrière. Toujours dans le but de mieux gérer ces engins, une application nommée « Dans ma rue » sera mise à la disposition des Parisiens afin de signaler la présence de trottinettes qui gênent le passage.

L’opérateur devra donc agir dans un délai maximal de douze heures au risque de rembourser la collectivité qui interviendra à sa place. Aussi, la ministre des Transports Élisabeth Borne faisait état du fait que la trottinette électrique entrera dans le Code de la route à partir du mois de septembre et que sa vitesse maximale sera bridée à 25 km/h. Un âge minimum de conduite sera aussi instauré.

En définitive, le gouvernement français en général et la mairie de Paris en particulier comptent mettre les bouchées doubles pour remédier à l’absence de réglementation sur les trottinettes électriques. La mairie a donc fait signer à plusieurs opérateurs de location une « charte de bonne conduite ». En cas d’échec de l’autorégulation, une interdiction temporaire d’usage suivra.

Vous cherchez la meilleure trottinette électrique pas chère afin de vous balader dans Paris ou ailleurs ? Dans ce cas, n’hésitez pas à retrouver notre comparatif détaillé.

Mairie de Paris : La trottinette électrique menacée de suspension
5 (100%) 1 vote[s]
No Comments

    Leave a reply